Welcome!

Recurring Revenue Authors: Yeshim Deniz, Zakia Bouachraoui, Elizabeth White, Pat Romanski, Xenia von Wedel

Blog Feed Post

D’une démarche pilotée par la demande à une approche pilotée par l’offre : une rupture rendue possible par la R2I, Révolution Industrielle Informatique

 

Poubelle MOA MOE Cahier chargesCahier des charges ?  Maîtrise d’ouvrage ? Maîtrise d’œuvre ? Toute personne qui a travaillé dans le monde des Systèmes d’Information en France connait ces expressions et ces modes de travail.

Je vous propose simplement de les... rayer de votre vocabulaire à partir d’aujourd’hui !

La R2I, Révolution Industrielle Informatique et en particulier sa dimension SaaS, Software as a Service, vont bouleverser tous les modes de travail des informaticiens avec leurs « clients » internes.

 

Démarche traditionnelle : priorité à la demande

J’ai un peu de nostalgie en pensant aux modes de travail anciens, résumés dans ce schéma. Ces « ex bonnes pratiques » avaient perduré pendant plusieurs dizaines d’années.

Offre et Demande - Ancien monde

1 - Cahier des charges. Lorsque les métiers souhaitent disposer d’une application informatique pour répondre à une de leurs attentes, ils créent un groupe de travail pour formaliser ces attentes sous forme d’un cahier des charges. C’est l’un des rôles principaux de la MoA, Maîtrise d’Ouvrage. Ce document, de plusieurs centaines de pages, souvent « signé » par les utilisateurs est alors transmis à la MoE, Maîtrise d’Œuvre qui sera chargée de traduire ces demandes en une application informatique.

Amphibious carComme les dimensions techniques et financières sont peu présentes à cette étape, on arrive souvent à des demandes « légèrement » irréalistes, comme cette superbe voiture amphibie dont j’ai un besoin impératif pour traverser la Seine quand les ponts sont embouteillés.

2 - Choix des outils de construction. Les « ouvriers » de la MoE vont commencer leur travail en découvrant le cahier des charges. 

Dans le meilleur des cas, ils pourront choisir les outils de construction de cet objet unique, que ce soit un ERP traditionnel tel que SAP ou Oracle applications ou un langage de développement comme Java ou PHP.

Trop souvent, la MoE sera soumise aux résultats aléatoires d’un « Appel d’Offres » auquel répondront des fournisseurs et des sociétés de services.

Livres appels d'offresAprès plusieurs mois d’attente, envoi de l’appel d’offres, délais laissés pour y réponse, analyse des réponses reçues... le choix du vainqueur est fait, et la dimension financière est prioritaire dans la majorité des cas.

Toute une série d’ouvrages est consacrée à cette démarche historique.

Le secteur public est aujourd’hui condamné à cette approche pour tout projet de taille moyenne ou grande, et cela explique en partie les graves difficultés de l’informatique dans les organisations publiques qui ne sont jamais libres de leurs choix techniques.

Very old gun3 - Construction de la solution. Commence alors le long et complexe travail de construction d’un « objet unique au monde », une application qui va essayer de répondre aux demandes de la MoA et du cahier des charges. Dans les temps préindustriels, c’était le cas pour la majorité des objets, comme ce magnifique fusil ancien.

L’heureux propriétaire de cet objet unique devait ensuite préparer des munitions spécifiques à son arme. Fiabilité et robustesse n’étaient pas toujours au rendez-vous.

Dans notre monde informatique préindustriel, nous sommes encore dans cette même situation. Il n’y a pas deux applications Oracle identiques dans le monde ; l’application Oracle de l’entreprise A n’est jamais interchangeable avec l’application Oracle de l’entreprise B.

Il ne s’agit pas de critiquer les entreprises ou les personnes qui, pendant des dizaines d’années, ont mis en œuvre ce processus artisanal ; elles suivaient ce qui était considéré comme les « meilleures pratiques » de l’époque. 

C’est cette démarche qu’il faut changer, radicalement, immédiatement !

 

Démarche innovante : priorité à l’offre

Avec l’arrivée de la R2I et des offres industrielles SaaS, les entreprises peuvent prendre un virage à 180° et donner la priorité à l’offre.

Avant de l’appliquer au monde de l’informatique, il n’est pas inutile de rappeler que c’est la démarche universelle et normale dans tous les mondes industriels.

Auto journal spécial salon autoJe souhaite acheter une nouvelle voiture et recherche un 4x4 capable de transporter 5 adultes et 2 enfants. Est-ce que je vais écrire un cahier des charges ? Bien sur que non. J’achète des journaux spécialisés qui vont me proposer le catalogue complet des voitures qui correspondent, raisonnablement, à mes attentes. En tenant compte des options possibles, j’aurai le choix entre une petite centaine de modèles.

Ce schéma présente cette démarche innovante, révolutionnaire quand elle est appliquée au monde de l’informatique.

Offre et demande - R2I

1- Grandes lignes des besoins. Les clients internes, face un problème, une nouvelle opportunité, expriment leurs attentes dans un langage métier très simple. Quelques exemples :

  • Mes commerciaux ont du mal à suivre les demandes de nos clients, et à coordonner celles qui arrivent par téléphone et par Internet.
  • Je souhaite pouvoir mener, périodiquement, des enquêtes de satisfaction auprès des acheteurs de mes produits.
  • Nous perdons beaucoup de temps, tous les mois, pour réconcilier les chiffres du budget avec les résultats fournis par la comptabilité, car nous utilisons Excel pour cet exercice.
  • ...

2 - La DSI comme spécialiste de l’offre. Les clients internes expliquent à la DSI quelles sont leurs attentes, un peu comme un patient qui va voir son médecin, généraliste ou spécialisé, pour parler d’un problème de santé.

Dictionnaire Vidal médicamentLes médecins ont une « bible », le Vidal, qui donne les caractéristiques détaillées de tous les médicaments disponibles sur le marché.

Ce n’est pas parce que l’information est disponible pour tous que l’automédication est la bonne réponse. Comme patient, je fais confiance à un professionnel qui a une connaissance approfondie de l’offre, des avantages, des inconvénients, des contre-indications de ces médicaments et saura me conseiller au mieux de mes besoins.

3 - Propositions de solutions. La DSI peut, très rapidement, retourner voir ses clients internes et présenter des solutions SaaS opérationnelles qui correspondent raisonnablement aux demandes exprimées, avec les avantages, les inconvénients et les coûts de chaque option. 

Audi vs NissanSi je reprends l’exemple automobile du choix d’un 4x4, le client comprendra très bien les différences de performances et de coûts entre un Qasqai et une Audi Q7, sachant que les deux véhicules répondent aux « besoins » !

Une fois le choix fait, en collaboration entre les clients internes et la DSI, il restera à « configurer » la solution choisie, dont on connaîtra, à l’avance, les performances et les coûts, car il s’agit d’une solution industrielle, d’un produit que l’on met en œuvre, pas d’une solution que l’on construit.

Entre la définition des grandes lignes des besoins et l’utilisation de la solution industrielle choisie, il se sera écoulé quelques semaines, au plus quelques mois.

 

Connaissance approfondie de l’offre : une priorité pour la DSI

Feriez-vous confiance à un médecin qui consulterait le Vidal pour trouver un médicament très classique pour soigner une maladie banale comme une grippe ou une angine ?

WeloveSaaS gestion projetDe la même manière, une connaissance approfondie de l’offre devient une priorité pour une équipe informatique si elle souhaite conserver sa crédibilité auprès de ses clients qui, eux, ont aujourd’hui beaucoup amélioré leur connaissance des offres existantes.

Des « Vidal du SaaS » existent ; CloudShowplace de mon ami Jeff Kaplan ou WeloveSaaS en sont deux exemples. 

La « non-curiosité » de trop nombreux responsables informatiques. Il n’y a pas que Cisco, HP, IBM, Microsoft, Oracle ou SAP sur terre ! (par ordre alphabétique)

IgnoranceLors de mes échanges, très fréquents, avec des responsables informatiques, je suis souvent surpris de leur faible connaissance de l’offre de solutions, que ce soit dans les infrastructures ou dans les usages. Plus grave encore, je constate une absence de volonté de découverte des offres intéressantes qui ne font pas partie des « grands », des solutions « à la mode ».

Il existe un deuxième danger majeur, la tendance actuelle des DSI et des services achats à « référencer » un tout petit nombre de fournisseurs. Cette démarche, censée leur faciliter la vie, ne fait que pérenniser des solutions historiques, souvent en fin de vie, surtout quand les principaux critères de sélection sont la taille et le nombre d’années d’existence du fournisseur.

C’est un frein majeur à l’innovation, à la performance et à la réduction des coûts.

StartupsHeureusement, je reçois des premiers signaux encourageants qui me montrent que la connaissance des offres innovantes est perçue comme une priorité par des DSI qui ont compris que l’offre s’impose maintenant à la demande.

A titre d’illustration, je collabore avec une grande entreprise du nord de la France, du secteur de la distribution, qui organise plusieurs voyages par an en Californie pour rencontrer des start-ups et avec qui je partage mon carnet d’adresses.

 

Un meilleur service rendu, pour tous

Un scandale ! L’offre qui s’impose à la demande ! Ils seront nombreux les informaticiens qui vont réagir de la sorte à mon discours et qui restent persuadés que la trilogie historique « Cahier des charges, MoA, MoE » reste la bonne démarche en 2013.

Win-winJ’espère qu’ils comprendront très vite que cette approche, pilotée par la demande, est une démarche « gagnant-gagnant » pour les clients et les informaticiens :

  • Les clients internes de l’entreprise disposeront, dans des délais courts, à prix raisonnables, d’applications industrielles qui répondent à l’essentiel de leurs attentes.
  • Les professionnels de l’informatique pourront jouer un véritable rôle de conseil et avoir la certitude que les solutions qu’ils proposent... fonctionnent.

Par contre il va falloir beaucoup, beaucoup de temps pour que les grandes entreprises et les organismes publics changent leurs modes de pensée et leurs procédures pour pouvoir tirer profit de cette démarche industrielle...

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

IoT & Smart Cities Stories
René Bostic is the Technical VP of the IBM Cloud Unit in North America. Enjoying her career with IBM during the modern millennial technological era, she is an expert in cloud computing, DevOps and emerging cloud technologies such as Blockchain. Her strengths and core competencies include a proven record of accomplishments in consensus building at all levels to assess, plan, and implement enterprise and cloud computing solutions. René is a member of the Society of Women Engineers (SWE) and a m...
Early Bird Registration Discount Expires on August 31, 2018 Conference Registration Link ▸ HERE. Pick from all 200 sessions in all 10 tracks, plus 22 Keynotes & General Sessions! Lunch is served two days. EXPIRES AUGUST 31, 2018. Ticket prices: ($1,295-Aug 31) ($1,495-Oct 31) ($1,995-Nov 12) ($2,500-Walk-in)
According to Forrester Research, every business will become either a digital predator or digital prey by 2020. To avoid demise, organizations must rapidly create new sources of value in their end-to-end customer experiences. True digital predators also must break down information and process silos and extend digital transformation initiatives to empower employees with the digital resources needed to win, serve, and retain customers.
IoT is rapidly becoming mainstream as more and more investments are made into the platforms and technology. As this movement continues to expand and gain momentum it creates a massive wall of noise that can be difficult to sift through. Unfortunately, this inevitably makes IoT less approachable for people to get started with and can hamper efforts to integrate this key technology into your own portfolio. There are so many connected products already in place today with many hundreds more on the h...
Digital Transformation: Preparing Cloud & IoT Security for the Age of Artificial Intelligence. As automation and artificial intelligence (AI) power solution development and delivery, many businesses need to build backend cloud capabilities. Well-poised organizations, marketing smart devices with AI and BlockChain capabilities prepare to refine compliance and regulatory capabilities in 2018. Volumes of health, financial, technical and privacy data, along with tightening compliance requirements by...
Charles Araujo is an industry analyst, internationally recognized authority on the Digital Enterprise and author of The Quantum Age of IT: Why Everything You Know About IT is About to Change. As Principal Analyst with Intellyx, he writes, speaks and advises organizations on how to navigate through this time of disruption. He is also the founder of The Institute for Digital Transformation and a sought after keynote speaker. He has been a regular contributor to both InformationWeek and CIO Insight...
Digital Transformation is much more than a buzzword. The radical shift to digital mechanisms for almost every process is evident across all industries and verticals. This is often especially true in financial services, where the legacy environment is many times unable to keep up with the rapidly shifting demands of the consumer. The constant pressure to provide complete, omnichannel delivery of customer-facing solutions to meet both regulatory and customer demands is putting enormous pressure on...
Andrew Keys is Co-Founder of ConsenSys Enterprise. He comes to ConsenSys Enterprise with capital markets, technology and entrepreneurial experience. Previously, he worked for UBS investment bank in equities analysis. Later, he was responsible for the creation and distribution of life settlement products to hedge funds and investment banks. After, he co-founded a revenue cycle management company where he learned about Bitcoin and eventually Ethereal. Andrew's role at ConsenSys Enterprise is a mul...
Business professionals no longer wonder if they'll migrate to the cloud; it's now a matter of when. The cloud environment has proved to be a major force in transitioning to an agile business model that enables quick decisions and fast implementation that solidify customer relationships. And when the cloud is combined with the power of cognitive computing, it drives innovation and transformation that achieves astounding competitive advantage.
Nicolas Fierro is CEO of MIMIR Blockchain Solutions. He is a programmer, technologist, and operations dev who has worked with Ethereum and blockchain since 2014. His knowledge in blockchain dates to when he performed dev ops services to the Ethereum Foundation as one the privileged few developers to work with the original core team in Switzerland.